Skip header and navigation

92 records – page 1 of 10.

Secondary breakdown canter infeeds - Phase III

https://library.fpinnovations.ca/en/permalink/fpipub39148
Author
Bédard, P.
Date
August 2008
Material Type
Research report
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
) for breakdown optimization purposes. Machine centre A performs natural curve sawing and incorporates a self
Author
Bédard, P.
Date
August 2008
Material Type
Research report
Physical Description
21 p.
Sector
Wood Products
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Research Area
Advanced Wood Manufacturing
Subject
Sawing
Series Number
General Revenue Project No. 4910
4910
Location
Québec, Québec
Language
English
Abstract
This study focused on the evaluation of sawmill secondary breakdown technology performance. Two recent and operational canter-gang edger machine centres were selected in order to conduct mill trials and to simulate their actual and theoretical efficiency. Three-dimensional in-mill scans of a sample of 4-inch wide and 12-foot long cants were carried out to this end. Two batches of similar cants were produced to test the equipment and perform the requisite simulations. The study canter-gang edgers (machine centres A and B) can be described as follows: the machine centres have linear infeed systems and are equipped with 3-D scanners (laser cameras) for breakdown optimization purposes. Machine centre A performs natural curve sawing and incorporates a self-centering pre-positioning mechanism. Positioning optimization is achieved in translation only (off-centering parallel to the cutting axis). This machine centre uses conical canter heads and guided circular saws. Machine centre B performs calculated curve sawing; positioning optimization is achieved with respect to both alignment and translation. It is equipped with cylindrical canter heads and guided circular saws. Natural curve sawing allows for sawing along the sharpest curvature without restriction (R=500 in.), whereas calculated curve sawing is usually restricted (R=1,500 in.) although this parameter is adjustable. The smaller the R-value, the greater the sawing curvature. In practice, the two technologies achieved the same product yield and generated equivalent earnings. Each system posted an efficiency rate of 98% (in terms of earnings) according to the level of performance simulated with Optitek. The two types of canter heads produced chips of similar quality based on the proportion of undesirable chips (3/16 in. and fine particles) after screening. In general, sawing accuracy was excellent; the standard deviation was constantly below 0.020 in. The conical heads (machine centre A) produced only a few pieces with thin bevelled ends, which affected the sawing accuracy of outside pieces. In all likelihood, this was the result of poor machine alignment. A theoretical optimal performance level was simulated for both canters. Thus, one assumes that the physical positioning of the cants during the breakdown process should result in an accuracy of 0.200 in. or better. If machine centre A had been equipped with a positioning optimization system in alignment and translation, its volume recovery would have been 407 fbm/m³. This corresponds to a potential for increased earnings of 5.1% compared with actual machine centre performance. Machine centre B (R=1,500 in.) yielded 396 fbm/m3. This corresponds to a potential for increased earnings of 2.8%. Therefore, the main challenge facing equipment manufacturers consists of increasing cant-positioning accuracy during breakdown operations.
Canters infeeds
Sawing - Breakdown
Documents
Less detail

Entrées d'équarrisseuses au débitage secondaire - Phase III

https://library.fpinnovations.ca/en/permalink/fpipub39115
Author
Bédard, P.
Date
August 2008
Material Type
Research report
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Author
Bédard, P.
Date
August 2008
Material Type
Research report
Physical Description
22 p.
Sector
Wood Products
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Research Area
Advanced Wood Manufacturing
Subject
Scanners
Sawing
Series Number
Projet General Revenue no 4910
4910
Location
Québec, Québec
Language
French
Abstract
Cette étude a été réalisée pour évaluer la performance des technologies de débitage secondaire dans les scieries. Deux équarrisseuses-débiteuses récentes et opérationnelles ont été retenues pour effectuer des tests pratiques et simuler leur taux d’efficacité réel et théorique. Un échantillon d’équarris de 4 pouces d’épaisseur et 12 pieds de longueur a été scanné en usine, en format 3D, pour réaliser les travaux. Deux lots d’équarris similaires ont été créés pour tester les équipements et réaliser les simulations. Les technologies d’équarrisseuse-débiteuse étudiées se décrivent comme suit : les deux systèmes sont alimentés linéairement et pourvus de scanneurs 3D (caméras-laser) pour l’optimisation du débitage. L’équipement A effectue le sciage courbe naturel avec un mécanisme de pré-positionnement auto-centreur. L’optimisation du positionnement se fait en translation seulement (décentrage parallèle à l’axe de coupe). Cette machine utilise des têtes d’équarrissage coniques et des scies circulaires guidées. L’équipement B effectue pour sa part le sciage courbe calculé et l’optimisation du positionnement se fait aussi bien en alignement qu’en translation. Il utilise des têtes d’équarrissage cylindriques et des scies circulaires guidées. Le sciage courbe naturel permet de suivre des courbures plus prononcées sans restriction (R=500po), alors que le sciage courbe calculé est normalement restreint (R=1 500po), mais ce paramètre est réglable. Plus la valeur de R est petite, plus la courbe suivie est prononcée. En pratique, les deux technologies ont obtenu le même rendement et ont généré des revenus équivalents. Le taux d’efficacité des deux systèmes se chiffre à 98 % (en termes de revenus) selon le niveau de performance simulé avec Optitek. La qualité des copeaux des deux types de têtes d’équarrissage s’est avérée similaire selon les proportions de petits copeaux indésirables (3/16 po et particules fines) obtenus au tamisage. La précision de sciage en général a été excellente, l’écart-type s’est maintenu sous 0,020 pouce. Seules quelques pièces provenant des têtes coniques (équipement A) ont généré des bouts minces en biseau, ce qui a affecté la précision de sciage des pièces extérieures. Il est possible qu’un mauvais alignement de la machine en soit la cause. Un niveau de performance théorique optimal a été simulé pour les deux technologies. On assume ainsi que le positionnement physique des équarris lors du débitage, devrait se faire avec une précision de 0,200 pouce ou mieux. Si l’équipement A, en sciage naturel, était pourvu d’un système d’optimisation du positionnement en translation et alignement, son rendement aurait pu atteintre 407 pmp/m³, ce qui indique un potentiel d’amélioration de revenus de 5,1 % par rapport à sa performance actuelle. L’équipement B, en sciage courbe calculé (avec un R=1 500po), a pu atteindre 396 pmp/m³ d’où une amélioration potentielle de 2,8 % en revenus. Le principal défi des manufacturiers d’équipements est donc d’accroître la précision du positionnement des équarris lors du débitage.
Scanners
Canters
Sawing - Breakdown
Documents
Less detail

Comparaison des différentes entrées d'équarrisseuses : débitage primaire

https://library.fpinnovations.ca/en/permalink/fpipub38973
Author
Bédard, P.
Fournier, Francis
Date
March 2007
Material Type
Research report
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Author
Bédard, P.
Fournier, Francis
Date
March 2007
Material Type
Research report
Physical Description
23 p
Sector
Wood Products
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Research Area
Advanced Wood Manufacturing
Subject
Sawing
Series Number
E-4126
Location
Québec, Québec
Language
French
Abstract
Les technologies d’entrée d’équarrisseuse ont grandement évolué au cours des dernières années. Les systèmes autocentreurs mécaniques installés dans les années 70 à 90 sont maintenant remplacés par des systèmes sophistiqués permettant de contrôler l’alignement et la translation des billes. Bien que les systèmes optimisés permettent d’accroître le rendement, ils sont aussi également plus complexes et nécessitent un suivi et un entretien plus rigoureux que les systèmes simples autocentreurs. Cette étude vise à comparer quatre technologies d’entrée d’équarrisseuse de différentes époques, pour des billes de faible diamètre où le niveau d’optimisation est critique et où les erreurs de positionnement ont beaucoup d’impact. Les simulations théoriques des quatre technologies étudiées ont démontré qu’un système optimisé en translation et en alignement permettrait d’obtenir des revenus supplémentaires de 9 % par rapport à un système autocentreur à courroies. Le système optimisé en translation seulement permet quant à lui des revenus de 8 % plus élevés qu’un système autocentreur à courroies, et finalement un système autocentreur à rouleaux permettrait d’atteindre des revenus de 5 % plus élevés que le système autocentreur à courroies. Les résultats des évaluations de ces technologies en scierie ont démontré un écart de 8 % entre le système optimisé en translation et en alignement et le système autocentreur à courroies. L’écart entre le système autocentreur à rouleaux et le système autocentreur à courroie est demeuré à 5 %, alors que l’écart entre le système optimisé en translation et le système autocentreur à courroies s’est établi à 6 %. L’efficacité réelle des entrées d’équarrisseuse a varié de 91 % à 93 %, quel que soit le niveau technologique. L’efficacité a été influencée par les bris mécaniques, la variation sciage et les erreurs de rotation. L’évaluation des bris mécaniques causés par les équarrisseuses a permis d’estimer la perte à 11 $/Mpmp en moyenne. Les résultats sont cependant très variables, allant de 3 à 16 $/Mpmp. Ces défauts sont principalement attribuables aux paramètres de coupe et à l’entretien des couteaux plutôt qu’au niveau technologique des équipements. Trois des quatre machines auraient bénéficié de l’emploi de scies de pré-coupe pour minimiser les bris mécaniques, puisque la perte de copeaux attribuable aux traits de scies s’élève à 6 $/Mpmp. Les erreurs de rotation ont eu moins d’impact sur les entrées optimisées que les entrées autocentreuses mécaniques puisque celles-ci bénéficient d’une seconde optimisation, après rotation. Les simulations ont permis d’établir que l’efficacité pouvait être réduite de 7 % à cause des erreurs de rotation pour l’entrée autocentreuse à courroies, de 4 % pour l’entrée autocentreuse à rouleaux, et de 1 % seulement pour les deux types d’entrées optimisées.
Canter infeeds
Sawing - Breakdown
Documents
Less detail

Comparison between canter infeeds : primary breakdown

https://library.fpinnovations.ca/en/permalink/fpipub39003
Author
Bédard, P.
Fournier, Francis
Date
March 2007
Material Type
Research report
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
to 93% independently of technology level, as it was determined by mechanical damage, sawing variation
Author
Bédard, P.
Fournier, Francis
Date
March 2007
Material Type
Research report
Physical Description
22 p.
Sector
Wood Products
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Research Area
Advanced Wood Manufacturing
Subject
Sawing
Series Number
General Revenue Project No. 4910
4910
Location
Québec, Québec
Language
English
Abstract
Chipper-canter infeed technology has changed greatly over recent years. The self-centering mechanical devices installed in the 1970-1990 period have been replaced with more sophisticated systems that also control log alignment and translation. These optimized systems allow for improved yield, but they are also more complex and require more attention and maintenance. The purpose of this study was to compare four different infeed systems illustrating infeed technology evolution over time, as applied to small logs, where optimization and positioning errors are more critical. Theoretical simulations of the four infeed types studied showed that a system optimized for both alignment and translation can produce 9% greater revenue than self-centering straps, as compared with 8% for a translation-only optimized system, and 5% for self-centering rollers. In mill tests, a system optimized for alignment and translation yielded 8% greater revenue than the basic self-centering straps, as compared to 6% for the translation-optimized system, and 5% for the self-centering roller device. Actual efficiency ranged from 91 to 93% independently of technology level, as it was determined by mechanical damage, sawing variation and rotation errors. According to our evaluation of mechanical damage to lumber in the canters, losses averaged $11/Mbf, but the results varied significantly, ranging from $3 to $16/Mbf. Defects were mostly related to cutting parameters and knife maintenance, rather than the technology level of the equipment. Of the four types of equipment in the study, three would have benefited from a pre-cutting saw to minimize damage, as the loss of chips associated with sawkerfs amounted to $6/Mbf. Rotation errors had less impact on optimized infeeds than on mechanical self-centering devices thanks to a second – post-rotation – optimization. Our simulations showed that rotation errors could reduce efficiency by 7% in the case of self-centering straps, 4% with self-centering rollers, but only 1% with optimized systems of both types.
Canter infeeds
Sawing - Breakdown
Documents
Less detail

Optimisation du débitage de billes de qualité inférieure

https://library.fpinnovations.ca/en/permalink/fpipub39020
Author
McDonald, J. David
Date
March 2007
Material Type
Research report
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Author
McDonald, J. David
Date
March 2007
Material Type
Research report
Physical Description
21 p.
Sector
Wood Products
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Research Area
Digitalization
Subject
Small logs
Sawing
Optimization
Logs
Hardwoods
Series Number
E-4216
Location
Québec, Québec
Language
French
Abstract
Cette étude vise à quantifier les gains en volume attribuables à différentes technologies pour optimiser le débitage primaire et secondaire de billes de bois feuillus de qualité inférieure. Compte tenu du faible potentiel de production de sciages de qualité des billes de qualité inférieure, l’utilisation de technologies d’optimisation basées sur la forme géométrique s’avère une alternative intéressante pour permettre la récupération d’un plus grand volume de sciages sans sans en compromettre la valeur. Un échantillon de 93 billes de 8 pieds de qualité inférieure a été mesuré, écorcé puis scanné avec le scanneur portatif de Forintek. Les billes ont été débitées en scierie et classifiées selon les normes NHLA. Les résultats obtenus ont servi à modéliser avec le logiciel Optitek une ligne de sciage dont le débitage primaire est effectué par un chariot à griffage en bout suivi de scies jumelées et le débitage secondaire par une débiteuse à scies multiples. Après avoir créé le modèle de base, des simulations ont été effectuées pour quantifier les gains en volume pour différentes technologies d’optimisation couramment utilisées dans des scieries de bois résineux pour le débitage primaire et secondaire. Il a été démontré qu’il est possible d’augmenter le rendement en volume de 0,7 % à 10,3 % selon le niveau de technologie utilisée. Ces gains se traduisent par une augmentation des revenus d’environ 27 000 $ à 472 000 $ pour un approvisionnement annuel de 50 000 m3. La technologie de scannage 3D s’avère mieux adaptée à ce type de ressource avec un gain en volume de 1,6 % par rapport à la technologie du scannage 2 axes. De façon générale, les technologies d’optimisation du débitage secondaire génèrent des gains plus importants que ceux générés lors du débitage primaire. Il a également été établi que le sciage courbe contrôlé permet d’augmenter le rendement en volume de 1,6 % par rapport au sciage droit optimisé. La principale contrainte quant à l’utilisation de ces technologies d’optimisation est le faible volume de billes scié annuellement dans les scieries de bois feuillus qui est insuffisant pour justifier l’installation de ces systèmes relativement coûteux. Dans la plupart des cas, un retour sur investissement de un an nécessitera une allocation annuelle de l’ordre de 200 000 m3 pour rentabiliser ces installations.
Sawing - Small logs
Optimization
Hardwoods - Sawing
Documents
Less detail

Comparaison de la qualité du trait de scie de déligneuses à scie fixe et à scies multiples mobiles

https://library.fpinnovations.ca/en/permalink/fpipub38964
Author
Tremblay, Carl
Date
March 2006
Material Type
Research report
Field
Sustainable Construction
Author
Tremblay, Carl
Date
March 2006
Material Type
Research report
Physical Description
15 p.
Sector
Wood Products
Field
Sustainable Construction
Research Area
Advanced Wood Materials
Subject
Kerf
Sawing
Series Number
E-4114
Location
Québec, Québec
Language
French
Abstract
Ce projet avait pour objectif de comparer la qualité du trait de scie de déligneuses à scie fixe et à scies multiples mobiles utilisées pour la fabrication de panneaux collés sur chant destinés aux composants de meubles ou armoires de cuisine. Ce projet fut réalisé selon le souhait d’industriels mettant en doute le bon contrôle des paramètres de délignage permettant un collage sur chant de qualité avec l’emploi de déligneuses à scies multiples mobiles. Deux déligneuses à scie fixe et deux déligneuses à scies multiples mobiles utilisées en industrie pour la fabrication de panneaux collés sur chant en érable ont servi à la réalisation de cette étude. L’évaluation de la qualité du trait de scie des déligneuses a porté sur les paramètres suivants : rugosité sur chant et variation en largeur des bandes, qualité des joints de colle des panneaux en termes d’apparence, de présence de défauts localisés et de solidité. Les résultats ont démontré des valeurs moyennes de rugosité sur chant légèrement plus élevées chez les bandes fabriquées à l’aide des déligneuses à scies multiples mobiles mais tout en demeurant dans la gamme permettant la fabrication à grand volume de panneaux avec joints de colle de qualité. Les résultats ont aussi démontré une variation en largeur similaire le long des bandes délignées par chaque type de déligneuse. L’examen de panneaux fabriqués en usines à partir des déligneuses à l’étude n’a pas démontré d’écarts de qualité en termes de proportions de joints de colle trop apparents et de défauts localisés. Des mesures de résistance en cisaillement ne permettent pas non plus de conclure à une moins bonne solidité des joints de colle des panneaux fabriqués à partir de déligneuses à scies multiples mobiles. Ainsi, sur la base des mesures effectuées sur les échantillons de bandes et de panneaux recueillis en usines dans le cadre de ce projet, on ne peut témoigner de la moins bonne qualité des produits fabriqués à partir de déligneuses à scies multiples mobiles comparativement aux déligneuses à scie fixe.
Sawing - Kerf
Documents
Less detail

Optitek : manuel de l'utilisateur

https://library.fpinnovations.ca/en/permalink/fpipub42330
Author
Goulet, P.
Date
July 2006
Material Type
Research report
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Author
Goulet, P.
Date
July 2006
Material Type
Research report
Physical Description
136 p.
Sector
Wood Products
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Research Area
Digitalization
Subject
Simulation
Sawing
Location
Sainte-Foy, Québec
Language
French
Abstract
Sawing - Computer simulation
Documents
Less detail

Optitek : user's manual

https://library.fpinnovations.ca/en/permalink/fpipub42365
Author
Goulet, P.
Date
July 2006
Material Type
Research report
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
to these changes and acquired the necessary abilities to reproduce new technology features such as curve sawing
Author
Goulet, P.
Date
July 2006
Material Type
Research report
Physical Description
136 p.
Sector
Wood Products
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Research Area
Digitalization
Subject
Simulation
Sawing
Location
Sainte-Foy, Québec
Language
English
Abstract
Sawing - Computer simulation
Documents
Less detail

Le sciage courbe naturel et son impact en seconde transformation

https://library.fpinnovations.ca/en/permalink/fpipub38956
Author
Bédard, P.
Date
May 2006
Material Type
Research report
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Author
Bédard, P.
Date
May 2006
Material Type
Research report
Physical Description
19 p.
Sector
Wood Products
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Research Area
Advanced Wood Manufacturing
Subject
Utilization
Trees
Sawing
Series Number
E-4103
Location
Québec, Québec
Language
French
Abstract
Aujourd'hui les machines 4-faces sont largement répandues dans l’industrie du sciage de bois résineux, et plus particulièrement dans les usines de colombage. Ces machines emploient la technologie de sciage courbe naturel pour maximiser le rendement des petites billes dans lesquelles le critère courbure est un facteur atténuant. La plupart des bois de charpente de catégorie SPF 2x3 et 2x4 provenant d’usines de colombage sont débités en sciage courbe naturel, et une proportion grandissante de ces bois est destinée à la transformation secondaire, telle que la fabrication de poutrelles de bois en I. Une étude récente Impact du sciage courbe sur le séchage et le classement MSR, Bédard et Tremblay, 2002 a démontré que le sciage courbe permettait un accroissement de la rigidité du bois (MOE) de 4 % sans affecter significativement le gauchissement au séchage des bois de charpente de 2x4 et 2x6 de 8 à 16’ classés selon la qualité No 2 de la NLGA. L'objectif principal de cette étude est d'évaluer l'impact de la technologie sciage courbe naturel sur des produits destinés à la seconde transformation en bois d’ingénierie. Cette étude porte spécifiquement sur de petites billes provenant d’arbres de faible diamètre avec une proportion élevée de bois juvénile. Un échantillon de petites billes de 8', divisé en trois classes de courbure, a été scié avec des machines 4-faces. Le bois a été séché au four, raboté, classé visuellement et testé pour la rigidité afin déterminer sa classe MSR. Le gauchissement a été mesuré avant et après séchage. L'évaluation finale a été faite selon des critères spécifiques exigés pour la fabrication de poutrelles de bois en I. L'étude a démontrée que le sciage courbe naturel est essentiel au débitage des petites billes puisqu’il permet d’accroître le rendement sciage de 10 % en moyenne (de 3 à 20 % selon le taux de courbure des billes). Le sciage en courbe ne permet cependant pas de récupérer le plein rendement des billes courbes. Le déclassement au séchage s’est avéré un peu plus élevé pour le bois provenant des billes courbes à cause du voilement de rive. Le voilement de rive qui déclasse 6 % du bois en moyenne, est causé par les machines 4-faces lors du débitage de billes présentant des courbures multidirectionnelles ou simplement à cause d’une mauvaise rotation des billes. Le voilement de face n’occasionne aucun déclassement. C’est la torsion qui déclasse le plus de bois au séchage (12 %). Ce défaut origine davantage de la nature du bois que de la courbure des billes. Le sciage courbe naturel améliore significativement le rendement sciage des petites billes et les propriétés mécaniques du bois sans trop détériorer sa qualité lors du séchage et sans réduire pour autant ses aptitudes à la fabrication de poutrelles de bois I.
Curve sawing
Utilization - Small trees
Documents
Less detail

Effets de la vitesse de coupe, de la bouchée et du nombre de couteaux sur la qualité de surface des sciages et des copeaux dans les équarrisseuses-déchiqueteuses munies de couteaux pliés ou de couteaux jetables (phase III)

https://library.fpinnovations.ca/en/permalink/fpipub42390
Author
Laganière, B.
Date
March 2006
Material Type
Research report
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Author
Laganière, B.
Contributor
Ressources naturelles Canada - Service canadien des forêts
Date
March 2006
Material Type
Research report
Physical Description
31 p.
Sector
Wood Products
Field
Wood Manufacturing & Digitalization
Research Area
Advanced Wood Manufacturing
Subject
Blades
Sawing
Chippers
Series Number
E-4259
Location
Sainte-Foy, Québec
Language
French
Abstract
Le but de cette étude était de déterminer les effets de la bouchée des couteaux, de la vitesse de coupe et du nombre de couteaux sur la qualité de surface des sciages et la qualité des copeaux lors de la transformation de billes d’épinette noire [Picea mariana (Mill.) B.S.P.] à l’aide d’équarrisseuses-déchiqueteuses munies de couteaux pliés (conventionnels, ordinaires ou courbes) ou de couteaux jetables. La qualité des sciages était fonction des pertes encourues à l’éboutage pour éliminer les grandes entailles de couteau et les fibres arrachées, qui réduisent le rendement de qualité. La qualité des copeaux était basée sur le pourcentage de particules fines (longueur et épaisseur) lors d’essais au tamis. Nous avons effectué 12 essais portant sur les variables suivantes : bouchée du couteau (22,2 et 28,6 mm), nombre de couteaux (3 et 6) et vitesse de coupe des couteaux (762,2, 1219,5, 1676,8 et 2131,1 m/min). Selon nos essais préliminaires, le pourcentage de fines augmentait avec la vitesse des couteaux, alors que la qualité de surface des sciages n’y était pas sensible. L’épaisseur et la longueur moyennes de copeau diminuaient à mesure que l’on augmentait la vitesse de coupe et la bouchée. Les essais avaient lieu sur des billes de 2,54 m de longueur et de 15 cm de diamètre, à une température de l’ordre de 15 à 25°C. La proportion de fines était plus faible avec les couteaux pliés, mais elle tendait à augmenter avec la vitesse de coupe. La proportion de fines n’était pas non plus sensible à la bouchée, mais elle l’était au nombre de couteaux, et elle augmentait avec la vitesse de coupe. L’épaisseur moyenne des copeaux diminuait à mesure que la vitesse de coupe augmentait; elle diminuait aussi quand on augmentait le nombre de couteaux. Pour un ensemble de paramètres donné, l’épaisseur moyenne des copeaux était plus élevée avec les couteaux pliés. Elle augmentait également quand on augmentait la bouchée du couteau, mais elle diminuait quand on augmentait le nombre de couteaux. Pour un nombre de couteaux donné, la longueur moyenne des copeaux était plus grande avec les couteaux pliés; c’était aussi le cas quand on augmentait la bouchée. Contrairement aux résultats obtenus pour la longueur moyenne, l’épaisseur moyenne mesurée des copeaux était toujours plus élevée au premier débit qu’au deuxième débit, les différences étant de l’ordre de moins de 1 mm. Il nous a donc paru raisonnable d’analyser les copeaux des deux débits en un seul lot sans affecter l’épaisseur moyenne mesurée des copeaux. La qualité de surface tendait à diminuer aux vitesses de coupe plus élevées; elle diminuait aussi quand on augmentait le nombre de couteaux, alors qu’elle augmentait avec la bouchée. Dans tous les cas, l’arrachement de fibres était moins fréquent avec les couteaux pliés qu’avec les couteaux jetables. La proportion de pièces atteignant la qualité « Premium » avec moins de 1/32 po d’arrachement de fibres se situait au-dessous de 30 % pour une épaisseur cible de 1,640 po, et de 10 à 40 % pour une épaisseur cible de 1,700 po. Dans le cas de Premium tolérant 1/16” d’arrachement de fibres, les proportions correspondantes de pièces acceptables étaient de 10 à 50 % (1,640 po) et de 20 à 60 % (1,700 po). Enfin, pour le Premium tolérant 1/8” d’arrachement, les proportions de pièces acceptables variaient de 50 à 80 % (1,640 po) et de 60 à 90 % (1,700 po). Dans tous les cas, l’angle d’attaque du couteau et du contre-couteau était plus faible au point d’entrée dans le bois qu’au point de sortie, et il était plus élevé pour les longs couteaux (couteau de tranchage) que pour les contre-couteaux. L’angle d’attaque des couteaux de finition était toujours plus grand au point d’entrée qu’au point de sortie. Il était plus faible pour les couteaux pliés que pour les couteaux jetables, l’inverse étant vrai dans le cas des contre-couteaux, et dans celui des couteaux pliés de finition. Les pertes financières se sont avérées plus importantes avec les couteaux pliés qu’avec les couteaux jetables. Une tête d’équarrissage munie de six couteaux jetables semblait présenter des pertes moindres à vitesse de coupe plus basse, et les pertes semblaient aussi plus faibles pour une bouchée de couteau de 22,2 mm que lorsqu’elle était de 28,6 mm. Note : Le calcul des pertes monétaires a été basé en assumant que la totalité des sciages avait le potentiel d’être classé Premium. En pratique, environ 30% des pièces peut se qualifier Premium car la flache naturelle, la carie, les nœuds et autres défauts causent des déclassements sans égard à la qualité de surface engendrée par l’écorçage et l’équarrissage. Les pertes dues à la classe (pertes en qualité) doivent donc être réduites à 30% de leur valeur si on veut tenir compte de l’ensemble des sciages produits à la scierie.
Sawing - Blades
Chippers
Documents
Less detail

92 records – page 1 of 10.